Soyez vous-même

 

« Soyez vous-même » de et mise en scène par Côme de Bellescize au théâtre Le Colisée à Biarritz est une farce méchante, noire, grinçante qui est différemment appréciée suivant son vécu, sa perception du monde de l’entreprise.

« Soyez vous-même ; les autres sont pris » Oscar Wilde

Une bonne réflexion de ce cher Oscar pour une pièce qui m’a fait penser à une autre pour laquelle j’avais consacré un billet : « Building » de Léonore Confino (cliquez).

Ce monde de l’entreprise où tout peut basculer en une fraction de seconde, une décision mal évaluée, au discernement incertain, pour un résultat qui peut être dévastateur, jouant une vie en équilibre sur un fil, celui du lâcher prise, si difficile à exécuter, à apprécier.

Nous sommes témoins dans un huis clos aux notes givrantes, d’un entretien d’embauche au sein d’une société qui commercialise de la javel. Un produit désinfectant par excellence qui va donner beaucoup de fil à retordre à notre jeune pétillante postulante au caractère joyeux, solaire : se mettre à nu au sens propre comme au sens figuré pour satisfaire les envolées lyriques d’une DRH au mysticisme sous-jacent.

Dans un décor en forme de ring où trône en son centre un bureau accueillant les pensées positives et négatives de cet entretien, ce dernier est la clé de la réflexion portant en son âme et conscience le destin de la jeune femme déterminée à vivre, à subir, son cauchemar éveillé.

Lors des premières minutes, accompagnée d’une douce musique d’un orgue aux notes en sourdine, la DRH à la voix suave, comme dans un prêche au sein de son église, de son entreprise, loue les vertus, à la jeune innocente gazelle du troupeau, du produit phare de l’entreprise : la javel…qui pourrait bien la conduire à sa perte si elle ne prend garde à la férocité d’une DRH en transe à la séduction ravageuse. Un peu comme une cérémonie d’intronisation d’une secte aux dents longues.

D’ailleurs on pourrait se poser la question : qui séduit qui dans cet entretien qui va bien au-delà des limites de l’acceptable pour un recrutement ?
Qui gagne ? Qui perd ? Dans cet entretien, cet affrontement où tous les coups sont permis dans le seul but de satisfaire la soif de se délecter de la dégustation de cette liqueur au goût amer que chaque employé se doit d’ingérer pour en dispenser ensuite, auprès de la clientèle, toutes ses saveurs…

Qui je suis ? Cette innocente et redondante question que la DRH pose à la jeune femme, dont on ne connaîtra jamais l’identité, et pour cause…ne peut apporter comme réponse que : « Soyez-vous-même ».
Comment trouver les arguments pour faire comprendre à cette excentrique, volcanique DRH que la motivation basique de la jeune femme est à cent lieux de tout ce qu’elle aurait pu imaginer pour satisfaire aux exigences démesurées de tout un tas de jeux de rôles plus ou moins déconcertants pour un simple poste qui ne requiert apparemment que des dispositions de bureautique…le silence est d’or, la parole est d’argent…

Le grain de folie de l’auteur, Côme de Bellescize, dans une mise scène millimétrée, posée sur un texte aux mots choisis dont aucun ne saurait manquer, est d’avoir pour le personnage de la DRH placé dans son jeu un handicap : celui de la cécité. Donnant ainsi une envergure démoniaque, à la vision fantasmagorique qu’Eléonore Joncquez reproduit à merveille. Une habituée de la douceur basque que j’avais pu admirer en mai dernier avec la pièce qu’elle avait mise en scène : « La vie trépidante de Brigitte Tornade » de Camille Kohler (cliquez)
Des compositions dans lesquelles elle excelle avec son énergie supersonique qui nous éblouit par tant de fraîcheur.
Elle tient le rôle de bout en bout avec une passion du jeu aveuglante. Elle donne à son personnage une saveur d’Auguste dont on se délecte avec plus ou moins d’amertume pendant son discours bien rodé.

En face d’elle, avec un jeu solaire, apaisant, Fannie Outeiro navigue dans cette tempête stressante à souhait avec la fragilité joyeuse d’une innocence au charisme rayonnant d’un clown blanc dépassé par la situation.
Elle apporte une lumière réconfortante dans cette noirceur du propos, des situations, qui peut laisser sur le côté du chemin des âmes sensibles.

Ce qui est certain est qu’on ne peut pas s’ennuyer, rester indifférent à cette diatribe qui engendre la question : Qui je suis ? La réponse…peut-être que vous pouvez la découvrir en allant écouter ces deux comédiennes aux talents indiscutables.

 

« Soyez vous-même » au théâtre Le Colisée à Biarritz, représentation organisée par « Les amis du théâtre de la côte basque », représentation supplémentaire le 14 octobre 2022.
Vue le 13 octobre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close