Redoutables

 

« Redoutables » d’Isabelle Alexis dans une mise en scène de Jean-Luc Moreau à l’Oriflamme est une comédie acidulée où l’amitié se conjugue avec la trahison dans un humour féroce.

 

Il était une fois trois amies de longue date qui sont sur le point d’interpréter les dernières représentations d’une pièce à succès « Trois cris dans la nuit ».
Nous les retrouvons au moment du salut comme dans la grande tradition d’au théâtre ce soir et nous pouvons déjà observer les egos qui se dégagent de cette posture.

Alma, Charlotte et Sophie, trois comédiennes aux carrières bien différentes sont euphoriques à l’idée d’interpréter leurs propres rôles dans l’adaptation cinématographique de la pièce que leur réserve leur metteur en scène Sébastien, l’ex mari de Sophie.

La surprise viendra par cet instrument qui sème la pagaille partout où il passe et en particulier dans les théâtres avec ses sonneries infernales et ses écrans lumineux : le téléphone portable !

La mère très protectrice de Sophie, sous la savoureuse voix d’Elisa Servier, se fera un plaisir de lui annoncer qu’une comédienne très célèbre au statut de star, « bankable », sera l’une des interprètes du film.
Horreur et damnation elles se sentent trahies !
Amour, Gloire et Beauté disparaissent dans ce long cri dans la nuit…
Le château de carte, en Espagne, s’effondre d’un seul coup.
Elles se sentent humiliées, au bout du rouleau, mais ce n’est pas sans apprécier à sa juste valeur le sort que lui réservent ces trois fées dans un esprit redoutable de vengeance.
Elles n’ont pas dit leur dernier mot !

C’est dans un florilège de répliques et situations coquasses que l’auteure Isabelle Alexis nous dépeint l’univers de ces trois femmes aux destins croisés.
L’une abandonnée par son mari, et on se demande bien pourquoi…, la suivante aux allures d’un Calimero qu’il faudrait réveiller, quant à la dernière, la star qui n’a que son ego qui la flatte, elle avance tel un pitbull sans vraiment observer le sillon qu’elle laisse après son passage…
Chacune voulant sauver sa peau ira de ses piques, aux mots tranchants d’une lame effilée par tant d’injustice.
Vivre dans un monde cruel, où toutes les confidences ne sont pas bonnes à dire et où tous les coups bas sont permis, tel est leur destin qu’il faut combattre au nom de l’Amitié qui avant toute chose les unie.

Peut-être que leur rédemption viendrait par la lecture du livre de Frédéric Lenoir : « Socrate, Jésus, Bouddha »…ces trois maîtres de vie dont la philosophie et la spiritualité pourraient bien les inspirer…allez savoir…

Une comédie, dans un décor d’Alissia Blanchard, menée tambour battant sous l’œil aiguisé de Jean-Luc Moreau, assisté de Nell Darmouni, dont aucune ficelle du métier ne lui échappe pour transformer un simple jeu de mots, une situation banale, en un feu d’artifice d’étincelles du rire.

Ariane Séguillon, dans le rôle d’Alma, la star mourante d’une série télévisée, avec sa langue de vipère nous fait bien rire avec ses tirades à l’emporte pièce, Juliette Meyniac dans le rôle de Charlotte avec ses yeux de cocker attire notre compassion dans son filet à rebondissements et Sylvie Audcoeur dans le rôle de Sophie, l’ex à la rancœur tenace à plus d’un tour dans son sac.
Un trio réjouissant qui n’a qu’une idée en tête, celle de la garder bien haute.

 

« Redoutables » à l’Oriflamme du 7 au 30 juillet à 21h30, relâche les 12, 19 et 26.
vue le 100722

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close